Le malheur du bas – Inès Bayard

À lire : pour la force de frappe d’une écriture simple, pour le récit glaçant de l’impunité masculine dans le monde moderne, pour comprendre aussi la mécanique de pensée chez celle qui se tait après un viol.

Évidemment ce livre fait penser à « Chanson douce », mais aussi à « L’adversaire », où le drame naît et murît dans une colère qui n’est jamais dite. 

Premier roman fulgurant, ambigu, dérangeant, imparfait, courageux aussi, sur le malheur qui vient du « bas », terrain de la violence et de la domination des hommes.

Paru le 22 août 2018 chez Albin Michel

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s